Les produits phytosanitaires provoquent des cancers et des troubles neurologiques.

moi

Mustapha l’auteur

Les pesticides sont bel et bien impliqués dans un grand nombre de pathologies lourdes – cancers, maladies du sang, troubles neurologiques, malformations, la prostate, une prolifération maligne dans la moelle osseuse, etc.

Les adultes présentent un plus grand risque à développer une maladie de Parkinson. Un lien avec d’autres pathologies comme les tumeurs du système nerveux central.

En Gironde(France), par exemple, région viticole très consommatrice de pesticides, l’incidence de ces maladies est trois fois supérieure au niveau national. Entre 2000 et 2007, elle a augmenté de 17 %.

« Il y a une présomption forte d’un lien entre une exposition professionnelle de la femme enceinte à certains pesticides et un risque accru pour l’enfant de présenter un hypospadias ou de développer, plus tard, un cancer cérébral ou une leucémie« , constate l’épidémiologiste Sylvaine Cordier (Inserm, université Rennes-I) ‘’.

Une production mondiale en forte progression :   

Marché En 2011, le marché mondial des pesticides s’élevait à 44 milliards de dollars (33 milliards d’euros), en progression de 13,6 % par rapport à 2010. 27,7 % de ce chiffre d’affaires est réalisé en Europe. Viennent ensuite l’Asie, de l’Amérique latine, l’Amérique du Nord et de l’Afrique.

Utilisation Les Etats-Unis constituent le premier consommateur mondial de pesticides. Suivent l’Inde, la France et l’Allemagne. Rapporté à l’hectare cultivé, le Japon arrive en tête (12 kg/ha) devant l’Europe (3 kg/ha), les Etats-Unis (2,5 kg/ha) et l’Inde (0,5 kg/ha).

Types En Europe, le marché phytosanitaire est dominé par les herbicides et les fongicides.

Pour la suite d’infos cliquer… ici

« De nombreux produits ont été interdits mais les plus persistants demeurent présents dans l’environnement ou s’accumulent dans la chaîne alimentaire, dont l’homme constitue le dernier maillon. »

La question est de savoir si, comme dans le cas du chlordécone aux Antilles, nous n’avons pas dépassé le point de non-retour ».

Si les preuves sont suffisantes pour agir vis-à-vis de certains produits.

« Notre santé n’a pas de prix »

Quelles sont vos suggestions ?

Les bienfaits de l’avocat

avocatfruit

L’avocat est le fruit exotique de l’avocatier (Persea americana), un arbre de la famille des Lauracées. Sa couleur varie de vert à vert-brun et il renferme une grosse graine qui autant de vertus médicinales. Il existe plus d’une dizaine de variétés d’avocats dans le commerce. Il est présent en Afrique du nord.

Les composants de l’avocat : riche en fibres solubles, potassium, en vitamines B6 et B8 et en calcium.

Les vertus de l’avocat : antioxydants (Son indice TAC est de 1933 μmol par portion de 100 g).

Les propriétés de l’avocat :

  • favorise la perte de poids et calme la faim.
  • prend soin du côlon, luttent contre les inflammations et renforce la flore intestinale.
  • Anti diarrhée.
  • traite le côlon irritable.
  • renforcent la santé du système digestif, nerveux et cardiovasculaire.
  • aide le corps à produire sa propre hormone de la thyroïde.
  • Préconiser En cas de diabète.
  • diminution des lipides sanguins.
  • prévient les risques de maladies cardiovasculaires qui sont plus élevés chez une personne diabétique.
  • Antivieillissement et détoxification. (fruit cru)
  • anti-cholestérol et sa capacité à maintenir la santé cardiovasculaire.
  • Aide le foie à produire du glutathion, un puissant antioxydant.
  • aident à réduire la consommation d’AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) tel que l’aspirine.

Infos : selon les derniers résultats de recherche du Dr Steven M. D’Ambrosio et ses associés à l’Ohio State University, aux États-Unis, il semble que les composés phytochimiques extraits de l’avocat Haas (variété à la peau noire et rugueuse, qui sont les plus consommées en France. Sa chair blonde est assez ferme et bien parfumée)

sont capables de détruire les cellules cancéreuses par voie orale ainsi que d’empêcher les cellules précancéreuses d’évoluer en cancer.

Conseil : N’évitez pas l’avocat en pensant que c’est un aliment trop calorique. Ses graisses sont saines pour notre organisme et renforcent la santé du système digestif, nerveux et cardiovasculaire.

Bon à savoir :

Les végétariens l’utilisent comme substitut à la viande

Les insaponifiables d’huiles d’avocat et de soja dans l’arthrose

Certaines études cliniques semblent indiquer que la prise de substances extraites des huiles d’avocat et de soja, appelées substances insaponifiables, contribue à soulager la douleur de l’arthrose. En France, un médicament contenant ces substances (Piasclédine) est disponible sans ordonnance pour soulager les douleurs de l’arthrose de la hanche et du genou. Durée maximale de huit semaines. Les insaponifiables d’avocat et de soja stimulent la production de cellules du cartilage.

En cuisine :

On les mange soit cru ou en salade et autres recettes que vous découvrirez sur le net.

Amicalement à vous !

Mustapha

 

Svp, découvrez mon premier livre intitulé « posologies des plantes médicinales d’Algérie » (première partie)

(description, propriétés, posologies et astuces)

Les bienfaits de l’arbousier…lanj en arabe.

arbousier

L’arbousier (Arbutus unedo)  est un arbre de 5 à 15 mètres de haut. Ses feuilles à bordure dentée de 10 cm de long, persistantes ovales, alternes de couleur vert foncé. Les fleurs blanc-verdâtre, en forme de clochettes blanches pendent en grappes ; Le fruit de couleur rouge- orangé à maturité est une baie charnue sphérique couvertes de petites pointes coniques. La chair est molle, un peu farineuse, acidulée et sucrée,  contenant plusieurs petits pépins, de la famille des Ericacées.il pousse dans le pourtour méditerranéen

La floraison : septembre-octobre.

Autres noms : Arbre aux fraises, « Strawberry tree » en anglais et « lanj » en arabe.

Composants : vitamine C, arbutine, méthylarbutine, un principe amer et des tanins.

Les vertus de l’arbousier : toniques, antiseptiques urinaire, astringentes,  anti-inflammatoires et diurétiques.

Les propriétés de l’arbousier :

  • favorise la circulation sanguine.
  • contre l’hypertension (la racine)
  • efficace contre les rhumatismes.
  • traite de certains cancers. (le fruit)
  • efficaces pour stopper la diarrhée. (fruit, écorce et feuilles)
  • favorise l’endormissement (le fruit)

effets indésirables :

possédant une légère toxicité : une consommation à grande quantité, peut favoriser des coliques bénignes et des vomissements.

Bon à savoir :

Les feuilles et les fruits se récoltent à l’automne, le bois et la racine au printemps

A forte dose, l’arbousier est narcotique et stupéfiant, surtout les feuilles.

En cuisine :

Les fruits peuvent être consommé cru, servent à confectionner des marmelades, des confitures et à fabriquer des liqueurs.

Amicalement à vous !

Mustapha

Svp, découvrez mon premier livre intitulé « posologies des plantes médicinales d’Algérie » (première partie)

(Description, propriétés, posologies et astuces)

Les bienfaits du coing… « sferdjel » en arabe.

coing

Le coing est le fruit du cognassier (Cydonia oblonga),un arbre de 4 à  5 mètre de long a feuilles ovale vert foncé, cotonneuses sur le dessus, à fleurs de couleur rose, le fruit charnu de couleur jaune, mesure de 7 à 10 cm. Sa mince peau verte devient jaune lorsque le fruit est mûr. La chair est très parfumée, sèche et ferme. Le coing ne se mange pas cru.

Le coing  représente un fruit intéressant de par son contenu élevé en eau et en antioxydants et un très faible contenu en calories.

Originaire d’Asie. Sa récolte est en automne.

Les composants du coing : pectine, mucilage, tanins, flavanols, acides phénoliques,  provitamine A et vitamines B et C (15mg/100gr), cuivre, Riche en potassium (197mg/100gr), magnésium, phosphore. riche en fibres 6gr/100gr.les autres fruits ne dépassant pas 2,5g/100gr.

Les vertus du coing : Antioxydants, Antiseptique, laxatifs, tonique, astringent  et antispasmodique

 

Les propriétés du coing :

  • Réduit le taux de cholestérol et l’indice glycémique dans le sang.
  • Apaise les brûlures d’estomac.
  • protège la muqueuse intestinale.
  • Contre les bronchites.
  • En cas de diarrhée avec vomissement.
  • action régulatrice sur le métabolisme des graisses et du sucre,
  • agile rhumatismale au niveau des os.
  • œdème du pied.
  • en cas de gène retro-sternale.
  • digestion difficile.
  • en cas d’entérite : il ressert la muqueuse irrités et calmant.
  • harmonisant du foie et de l’estomac.
  • stimulant le foie dans la paresse du foie.
  • élimine l’humidité interne des organes.
  • relâche les tendons.
  • Contre les gerçures des lèvres et mamelon, les engelures, eczéma des mains, brulures conjonctivite.
  • anti diarrhée efficace.
  • contre le crachement du sang, hémorroïdes, infection de la bouche, de gencives et le relâchement du vagin.
  • prévention du cancer du colon et des reins.

Contre-indications :

Déconseillé chez les personnes aux intestins paresseux et en cas de constipation, également chez les femmes enceintes a cause de son  taux de mucilage élevé, il peut provoquer des ballonnements et colites.

En cuisine :

Attention : la chair s’oxyde rapidement (devient brune) lorsqu’elle est coupée. Un petit truc : arroser la de jus de citron ou cuire immédiatement le coing afin d’éviter son oxydation.

Le coing contient des tannins qui disparaissent à la cuisson.

Les fruits du coing sont utilisés principalement pour confectionner des gelées, des confitures, des pâtes de fruits ou des gâteaux. Les coings pelés peuvent également être rôtis au four, ou être utilisés dans la préparation de tajines d’agneau ou de volaille.

 

Bon à savoir :

-La pectine (coing) aurait de nombreux bienfaits sur la santé notamment sur la diminution des niveaux de cholestérol sanguin ainsi que de la glycémie. La pectine aurait aussi la capacité de retarder la vidange gastrique et ainsi favoriser la satiété. Elle a aussi été étudiée en lien avec certains types de cancer notamment le cancer du colon. Protégeant les cellules intestinales contre une infection microbienne.

– Dans certaines régions d’Afghanistan, les graines de coing sont recueillies et bouillies, puis ingérées pour lutter contre la pneumonie.

Les graines contiennent de l’hétéroside cyanogénétique, une substance toxique.

-Selon la tradition locale maltaise, une cuillère à café de confiture dissoute dans une tasse d’eau bouillante soulage l’inconfort intestinal.

– le coing peut être distillé et l’on en obtient ainsi une liqueur.

Comment le conserver ?

Lors de l’achat, rechercher un fruit charnu et ferme avec une peau partiellement jaune. S’il n’est pas complètement mûr, on le laisse mûrir à température ambiante. Ensuite, on peut le réfrigérer et le conserver quelques semaines au réfrigérateur. On peut également le congeler sous forme de purée. S’il est cru, le peler, le parer, le trancher et l’arroser de jus de citron avant de le mettre au congélateur.

Recette de jus de coing :

Ingrédients : 8 coings / eau / 500 g de sucre / 2 cuillères à soupe de jus de citron / 2 g d’agar agar

Pelez et coupez les coings en gros quartiers. Retirez les pépins. Placez-les dans une grande casserole, couvrez-les d’eau et faites cuire jusqu’à ce que les fruits soient très tendres. Egouttez ensuite au-dessus d’un saladier. Jetez les fruits et pesez le jus obtenu et ajoutez le même poids en sucre. Faites épaissir avec du citron, de la cannelle et l’agar agar. Versez en pot et retournez.

Amicalement à vous !

Mustapha

Svp, découvrez mon premier livre intitulé « posologies des plantes médicinales d’Algérie » (première partie)

(description, propriétés, posologies et astuces)

 

La mangue et ses bienfaits.

mangue

La mangue est le fruit du manguier, grand arbre tropical de la famille des Anacardiacées. elle est un fruit charnu plus ou moins gros et rond, ressemblant  à un petit melon, mesurant 10 cm en moyenne, son poids varie de 300 g à 2 kg.. Sa peau de couleur jaune, verte ou rouge, qu’il est nécessaire d’enlever, car elle contient des substances irritantes et n’est donc pas comestible. Sa chair jaune-orange adhère à un gros noyau aplati. Sa pulpe est juteuse et très parfumée (sucrée avec un faux goût de pêche et de fleur et acidulée).

La texture de la mangue mûre à point est si fondante qu’elle se transforme en jus au contact de votre langue.

Seul problème de la mangue : elle contient beaucoup de sucre.

Les composants de la mangue : flavonoïdes ( caroténoïdes) et polyphénols, riche en  potassium, vitamine C et en fibres

La mangue est l’un des fruits les plus riches en carotène ou provitamine A. Le taux de la mangue (3 mg/100 g), est supérieur à celui du melon ou de l’abricot.

 

Les vertus de la mangue : anti-inflammatoires et des antioxydants

Les propriétés de la mangue :

  • diminue le risque cardiaque.
  • bonne pour le cœur.
  • réduire le risque d’hypertension et de maladie cardiovasculaire.
  • Bon pour les yeux.
  • lutte efficacement contre le vieillissement cellulaire prématuré provoqué par certains cancers et de l’athérosclérose.

Note : La mangue étant pauvre en sodium et riche en potassium, c’est un fruit très intéressant pour les personnes souffrant du cœur.

Attention : Méfiez-vous des sites Internet qui prétendent que la mangue est un fruit anti cancer.

 

Bon à savoir :

-Une étude américaine publiée dans le Journal of Nutrition & Food Science a observé que les consommateurs de mangue soient moins gros que les autres.

-On a également mesuré chez les consommateurs réguliers de mangue un taux de protéine C réactive plus bas que la moyenne. Le taux de protéine C réactive est un marqueur inflammatoire qui est associé à une augmentation du risque d’infarctus, de cancer, d’infection et de maladie inflammatoire. Plus vous en avez, plus vous êtes probablement en mauvaise santé.

-Les premiers producteurs de ce fruit son les pays d’Asie du sud (inde, chine, Pakistan…)
Comment repérer une bonne mangue ?

Vous Repérez que la mangue est mûre quand elle des traces de sucre sont visibles à la base de la queue. Plus, un bon parfum  ne se dégage. La mangue est mûre lorsqu’elle cède sous une légère pression des doigts.

Le point jaune est une marque qui apparaît sur la peau de certaines variétés de mangue et qui indique que le fruit est arrivé à maturité. Malheureusement, pour l’export, les fruits sont cueillis verts, traiter au produits chimiques ce qui en diminue les qualités gustatives

 

En cuisine :

On déguste la mangue nature, soit coupée en deux comme un avocat ou un melon, à la petite cuillère, soit en la découpant la chaire en dés.

On peut egalement l’incorporer aux salades de fruits, aux céréales et aux sorbets. On peut la transformer en coulis ou faire de la confiture ou jus.

Pour la conserver, placez-la dans un endroit frais mais pas au réfrigérateur : la mangue ne supporte pas les températures inférieures à 8°C. La mangue mûre ne se conserve pas longtemps.
Ou peut-on acheter la mangue en Algérie ?

Suite à mon dernier voyage au sud  en juin 2014 et exactement à tamenrasset (ville), j’avais découvert ce fruit, qui se vend sur le marché public, son prix est moins couteux qu’au nord, il est importé du Burkina fasso.

Amicalement à vous !

Mustapha

Svp, découvrez mon premier livre intitulé « posologies des plantes médicinales d’Algérie » (première partie)

(description, propriétés, posologies et astuces)

La plaquemine ou Kaki un fruit peu connu.

plaquemine

La plaquemine est le fruit du plaqueminier du Japon un arbre mesure plus de 5 mètres de haut de la famille des Ébénacées.

Ses feuilles sont simples, larges, ovales et de couleur verte, Ses fleurs, blanches, jaunâtres ou verdâtres, sont en bouquet pour les mâles et solitaires pour les femelles.

Le fruit est d’une teinte orangée de forme d’une tomate, avec une peau translucide à maturité. Il peut contenir jusqu’à huit graines. La couleur orangée de la plaquemine est due aux carotènes, lycopènes et xanthines qui sont des principes actifs important pour la santé humaine.

Ce fruit est  très fragile, donc à consommer dès qu’il est mûr.

On le cultive en Israël, en Italie, en Espagne, aux États-Unis, en France et en  Afrique du Nord.

Il a une bonne source de fer et une très bonne source de vitamine C.

Riche en vitamines B1, B2, B3, B6, B9 et la vitamine A, Potassium, zinc, calcium, magnésium, phosphore ; glucide ; fibres et très peu de sodium. En plus c’est un puissants antioxydants.

Le kaki est un fruit assez énergétique.il fournit plus de 250 kJ (kilojoules) pour 100 g.

 

Les propriétés du Kaki :

  • améliore la vision.
  • Stimule le système immunitaire.
  • protège la peau.
  • impacts positifs sur les taux de cholestérol sanguin total qui fait diminuer le mauvais cholestérol (LDL).
  • Traite l’asthme.
  • Prévention des cancers.

Le kaki est disponible d’octobre à janvier.

Comment choisir le fruit ?

On choisit un fruit intact de couleur orange foncé et on évite les kakis jaunes ou verdâtres, c’est qu’ils ne sont pas mûrs.

Comment manger le kaki ?

Le fruit peut se manger nature tel quel à la cuillère ou comme une pomme.

On peut également le réduit en purée (avec un peu de jus de citron) et servi sur de la crème glacée, du gâteau ou une crêpe.

On peut également décorer des salades de fruits, du riz, des fruits de mer ou de la volaille.

Il peut accompagner le fromage et peut aromatiser le yogourt ou les flans.

Le kaki peut être cuit pour en faire une confiture.

Comment le conserver ?

Le kaki mûr peut se conserver au réfrigérateur quelques jours ou  peut être congelé sous forme entière ou en purée avec du jus de citron pour éviter l’oxydation.

Récemment j’en ai acheté un kilo au marché de  Blida en Algérie.ils sont très bon.

Amicalement à vous !

Mustapha

 

 

 

 

 

Un fruit méconnu …les noix tigrées.

plante

souchet cosmetible

Le Souchet comestible (Cyperus esculentus) est une plante herbacée vivace de 25 à 40 cm de haut de la famille des Cypéracées.

Cette plante est originaire de l’Egypte antique. Sa culture remonte à 3000 ans. Elle fut introduite en Espagne par les Arabes.

Cette espèce est originaire du bassin méditerranéen (Europe méridionale, Afrique du Nord, Proche-Orient).

La partie souterraine de la plante est la plus intéressante : elle développe de larges racines en forme de tubercules, écailleux de couleur jaunâtre;  appelé noix tigrée ou pois sucré, au goût légèrement sucré à saveur de noisette.

La Noix tigrée ou Tigernuts (en anglais) est le tubercule de la plante souchet.

Ces tubercules contiennent assez de glucides (saccharose et amidon), de lipides, de protéines et des fibres. Elles sont  riches en fer, phosphore, magnésium et potassium, de la vitamine C et E, de nombreux minéraux et oligo-éléments et ils sont sans gluten, sans lactose  et sans noix.  D’où une composition en acides gras qui est très semblable à l’huile d’olive.

Le souchet se distingue particulièrement par sa teneur en fibres insolubles. C’est une source de protéines végétales de grande qualité et faciles à digérer et peut également être intégré dans les régimes amincissants.

Propriétés du souchet :

  • protège efficacement les organes et les cellules des radicaux libres.(flavonoïde)
  • effet coupe-faim, grâce à l’amidon qui résiste à la digestion et fait sentir rassasiés plus longtemps.
  • comme substitut du lait dans l’alimentation des personnes intolérantes au lactose.

Populaire en Espagne, le souchet est l’ingrédient de base d’une boisson rafraîchissante typique de la région de Valence nommé Horchata de Chufa.

Aux États-Unis, dans les années 1950, on les donnait aux enfants en tant que confiseries mais maintenant, les adultes en achètent pour leurs bienfaits santé.

En cuisine : sa farine peut être utilisée dans la plupart des recettes au four et dans les smoothies. Elle apporte une touche sucrée et un goût de noisette.

Conseils d’utilisation :
Consommer 2 à 3 cuillères à soupe par jour, mélangées dans vos mueslis (son goût caractéristique en fait un excellent ingrédient), yaourts, lait végétaux, compotes, saupoudré sur les tartes.
Peut aussi s’incorporer dans les pâtisseries et se mélanger à d’autres farines : fond de tarte, gratins de légumes.
Les noix tigrées se mangent le plus souvent crues (ou après un trempage de quelques heures).

Amicalement à vous !

moi

Mustapha

Mustapha

Consommateurs, non cobayes…

Svp, lisez cet article jusqu’à la fin !

Deux choix sont possibles en matière de consommation quand il s’agit de s’alimenter.

  1. Celui des aliments issus de l’industrialisation avec l’agriculture productiviste qui ne produit pas cher avec des rendements énormes.
  2. Celui des aliments issus d’une agriculture progressivement raisonnable évoluant vers le bio, produisant plus cher avec des rendements faibles.

Une grande différence est que l’agriculture productiviste utilise des phytosanitaires qui ne sont autres que des produits chimiques, pesticides-insecticides-fongicides dangereux pour la santé humaine.

Evidemment, les industriels ne vous le diront pas, ils vous diront même l’inverse en affirmant que le choix N°1 est la seule façon de réduire la faim dans le monde. Belle générosité si elle n’était pas orientée d’abord vers leurs poches, avec l’aide de la bourse.

On se moque de nous en prenant les consommateurs pour des cobayes. Les scientifiques se réveillent quand ils ont vraiment la parole libre.
le Pr. John Beddington (nous avons le même âge), spécialiste de la gestion des ressources naturelles et « conseiller scientifique en chef » du gouvernement Anglais, a sonné le tocsin.

Dans un discours officiel, il estimait :

« le monde, sans de profonds et rapides changements de comportements individuels et collectifs, va vers un collapsus écologique et économique global qu’il compare à un ouragan parfait (économique, social et environnemental), qui se concré tisera vers 2030, donc dans 15 ans. Ce scénario associe conjointement une crise alimentaire, sanitaire et sociale, une crise énergétique et une crise écologique majeure caractérisées par un effondrement brutal des écosystèmes, à l’échelle de la biosphère, c’est-à-dire de la planète toute entière, et dépassant les capacités de résilience écologique de la biosphère (à court, moyen ou long terme). » 

Il ajoute :

« Cette situation explosive représente la plus grande menace pour la stabilité et la paix mondiale qui ait jamais existé. Des centaines de millions d’hommes et de femmes vivent dans les régions les plus exposées et n’auront pas d’autre choix que de partir pour tenter de survivre ailleurs. Les sources de conflits, d’épidémies, de guerres seront innombrables… et jusqu’à présent l’humanité n’a encore jamais apporté la preuve qu’elle savait gérer ce genre de situation.» 

Que faire ? Attendre 15 ans les bras croisés ou réveiller les consommateurs exploités ? Attendre de voir plus de cancers chez des sujets jeunes – c’est le cas déjà aujourd’hui – en annonçant aux familles qu’on ne connaît pas les causes et qu’on les cherche sans les chercher vraiment ?

Les pesticides de Monsanto et autres lobbies  très puissants ravagent notre santé et notre planète.

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) basé à Lyon, agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), vient enfin de classer cinq pesticides dont le fameux Roundup, via son principe actif le glyphosate, comme cancérogènes « probables » ou « possibles ».

La prudence exige de minimiser les risques puisque ces produits sont largement utilisés et répandus dans les environnements agricoles.

On qualifie de probable et de possible quand c’est certain. Pour ne « pas faire peur ».

« Le glyphosate, présent notamment dans le Roundup, est classé cancérogène “probable chez l’homme” (groupe 2A), même si “les preuves sont limitées”

La production et la vente de Roundup ont explosé depuis l’introduction de cultures génétiquement modifiées (AGM = Aliments génétiquement modifiés).

Ce produit fortement toxique est utilisé dans les forêts et chez les particuliers dans leur jardin pour qu’ils n’aient pas à se baisser pour supprimer quelques mauvaises herbes.

Le glyphosate a été retrouvé dans l’air, dans l’eau et dans la nourriture, selon le CIRC qui précise que la population est notamment exposée lorsqu’elle habite à côté de zones traitées, même si les niveaux d’exposition observés sont « généralement bas ».
Le Roundup est le« désherbant le plus utilisé au monde », souligne l’association Générations futures qui se félicite de cette évaluation « qui reconnaît la dangerosité avérée du glyphosate ».

Les quatre autres sont les insecticides tels que le malathionle diazinon, le tetrachlorvinphos et le parathion. Les deux premiers sont classés dans le groupe 2A des cancérogènes probables.

Les insecticides tetrachlorvinphos et parathion, qui font déjà l’objet d’interdictions ou de restrictions dans de nombreux pays, ont été classés dans le groupe 2B des cancérogènes « possibles » au vu des données chez l’animal.

Fin mars de cette année, la revue très reconnue Human Reproduction [6] affirmait que les pesticides réduisent de plus de 50 % le nombre de spermatozoïdes (86 millions par éjaculat contre 171 millions).
la longue liste des produits démontrés dangereux pour notre santé :

  • La saccharine, édulcorant artificiel, officiellement cancérogène pour la vessie qui a été largement et longuement utilisée dans les sodas et cocas light.
  • Les PCB (polychlorobiphényles) fluides de refroidissement pour les transformateurs électriques, les condensateurs et les moteurs électriques, vrais cancérogènes chez les animaux et l’homme, des maladies du foie, des troubles neurologiques, (l’autisme) et le cancer.
  • Le polystyrènelargement utilisé dans les emballages alimentaires dont la production génère d’énormes déchets.
  • Le DDT, l’insecticide pour lutter contre les moustiques vecteurs du paludisme, perturbateur endocrinien interdit dans tous les États-Unis.
  • La dioxinel’un des précurseurs de l’agent Orange s’accumule dans la chaîne alimentaire, principalement dans les tissus adipeux des animaux et des hommes.
  • L’Agent Orange, herbicide défoliant largement utilisé pendant la guerre du Vietnam (400 000 personnes tuées ou mutilées, 500 000 enfants nés avec malformation et impact sur la santé de 3 millions de soldats américains et leurs familles). La formule de Monsanto avait des niveaux de dioxine bien supérieurs à l’Agent Orange produit par Dow Chemicals, l’autre fabricant.
  • L’engrais à base de pétrolequi tue les micro-organismes bénéfiques à la terre.
  • Le Roundup, herbicide puissant qui éradique les mauvaises herbes du jour au lendemain, rapidement adopté par les agriculteurs qui réduisaient ainsi leur main-d’œuvre trop coûteuse.
  • L’aspartame, commercialisé sous le nom de NutraSweet, faux sucre dangereux à la longue pour les reins, le foie et même le cerveau, fortement présent dans tous les produits dits light.
  • L’hormone bovine de croissance (rBGH = Somatotropin = Hormone de croissance), injectée aux vaches laitières dopées pour produire plus de lait. Ainsi elles développent des pis gonflés, des mammites dont le pus se mélange au lait, imposant l’utilisation des antibiotiques. Les laits contenant les rBGH sont largement suspectés d’être en cause, chez l’humain, dans l’apparition de cancers du sein, de la prostate et du côlon.
  • Les cultures/OGM génétiquement modifiés, avec les graines conçues pour résister au Roundup.

Monsanto attaque évidemment toutes les études scientifiques en inondant – jamais gratuitement – les médias avec des demandes reconventionnelles d’organismes « indépendants », des scientifiques, des associations industrielles, des blogs, des médias sociaux parrainés, et des articles d’entreprises de relations publiques « privées » toutes créées, financées et dirigées par la multinationale.

On est fort étonné de voir récemment la Ligue contre le Cancer valoriser les pesticides pour la santé. Je m’interroge quant à l’origine de tels écrits pour une organisation très riche qui en est encore au tabac et à l’alcool parmi les facteurs de risques de cancer.

  • Les semences Terminator, destinées à produire des graines stériles, ce qui impose d’en racheter chaque année. Cette semence n’est pas vendue sur le marché, mais Monsanto demande aux agriculteurs de signer un contrat pour ne pas conserver ou vendre les semences d’une année sur l’autre, ce qui les oblige à acheter de nouvelles semences.
  • À la place des fruits, légumes, graines et animaux nourris à l’herbe bons pour la santé, les élevages industriels américains et les transformateurs alimentaires produisent une surabondance de malbouffe génétiquement modifiée qui provoque des maladies cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux, le diabète et le cancer, soutenus par des subventions d’Etat, tandis que les agriculteurs biologiques ne reçoivent pas de telles subventions. »
  • La science manipulée n’est pas synonyme de bien commun, sauf pour les lobbies milliardaires, aux dépens d’une population manipulée, exploitée.
  • Il est urgent de trouver des solutions alternatives écologiques et de santé ; Ces solutions existent. Elles sont créatrices d’emplois pour les jeunes, qui resteront en bonne santé.

Agissons ensemble et autour de soi est devenu déterminant pour l’avenir de nos enfants !

Cet article est un résumé de la lettre du professeur joyeux, cancérologue, spécialiste de nutrition, chirurgien des hôpitaux, (France)

Amicalement à vous !

moi

Mustapha l’auteur

Mustapha